Déchiffrer ses rêves pour bien guider sa vie

 

Chantal Motto

Décryptant les mécanismes du rêve, décodant les symboles qu’il utilise, illustré par de nombreux exemples, l’ouvrage fait comprendre que le rêve est un guide précieux : une voie royale pour se reconnecter à soi-même, trouver les bonnes réponses, se ressourcer et agir avec discernement.

Ecrit par une praticienne de la psychothérapie et coach expérimentée, il présente une approche sérieuse et fiable tant sur le plan de la théorie que sur le plan de la pratique thérapeutique.

 

Prix: 22.90 €. Pour se le procurer :

 

  • En librairie 

  • Sur le site InterEditions/Dunod – Collection Epanouissement: ici

  • Sur Amazon : ici

Chantal Motto est Praticienne de la Psychothérapie, analyste de rêves et coach systémicienne depuis 20 ans, enseignante en écoles de coaching et superviseur de coach. Membre de l’association Songe et du Groupe de Recherches CG Jung, elle suit l’enseignement de Bernard Mirande depuis 1988. Elle intègre l’étude des rêves à sa pratique jungienne de la psychothérapie, elle anime également ateliers, séminaires de formation et conférences sur ce thème.

 


Peaux Noires (2016)

Roman de Jean-Claude CONSTANT

 

L’abbé Michel Meunier, écarté du ministère depuis de longues années, est retrouvé sauvagement assassiné à proximité d’un lieu de rencontre gay. Sa soeur, la veille de l’inhumation, retrouve dans la bibliothèque de son frère un manuscrit sulfureux. Le Père Michel y révèle la duplicité dans laquelle se sont installés des aînés dans le sacerdoce. L’évêque du diocèse, qui a refusé d’entendre les révélations du jeune prêtre, lui a intimé l’ordre de se taire à jamais. Une attitude qui a fait peser sur l’abbé Meunier, récemment ordonné, le poids de la culpabilité et de l’indignité.

Se peut-il que l’Église catholique considère ses prêtres comme des hommes de chair et de sang et leur accorde la possibilité de choisir le célibat ou le mariage comme dans d’autres églises chrétiennes ? Pourquoi, dans sa théologie, tant d’ostracisme à l’égard des femmes et des homosexuels ? Des questions, et beaucoup d’autres, que le lecteur sera amené à se poser.

 

22€ - Éditions La Tarente   https://latarente.com/

https://latarente.com/romans/133-peaux-noires-9782916280288.html


Jean-Pierre WENGER :

"Le comte de Saint-Germain et les maîtres de l'Aggartha"

À ceux manifestant un intérêt au comte de Saint-Germain, un nouveau livre vient de lui être consacré : Le comte de Saint-Germain et les maîtres de l’Aggartha dans l’œuvre de François Brousse, auteur J.-P. Wenger, aux éditions Saint-Germain-Morya  (440 pages – 23,95 euros), diffusé en France par DG diffusion , donc accessible sur commande dans toute librairie française.

 

« Le Voyageur des siècles, Saint-Germain, représente la Haute Magie, dominatrice de la Mort, maîtresse des couleurs et en relation avec le Grand Soleil central de la galaxie. Alchimiste suréminent, il fabriquait de l’or, purifiait les diamants, grossissait les perles, chassait les entités du bas-astral, guérissait les malades et révélait les sombres lueurs de l’avenir. » [BROUSSE F., « L’Oracle d’or », Dialogues (Hors-série), 1982] 

 

Le sommaire fait apparaître une première partie (Livre I) consacrée aux maîtres de l’Aggartha (ou Agartha, Agarttha, Agarthi, Agardhi, Asgharta, Aghartha, etc.), avec quelques préconisations pour les contacter (p. 19). L’Aggartha n’est pas ici considéré comme un domaine souterrain ou intraterrestre, mais comme une cime de spiritualité, dans les splendeurs invisibles, astrales et immatérielles de l’Himalaya (p. 37).

 

La seconde partie aborde les 7 Immortels – Narada, Saint-Germain, l’empereur de Jade, Fo-Hi, Nicolas Flamel, Melchisédech, le Juif errant – ainsi que Ganeshananda et le douzième Iman.

 

Les 6 parties suivantes traitent des manifestations de Saint-Germain au cours des âges jusqu’au XXe siècle inclus avec notamment certains comptes rendus de Wesak (Babaji, Amida Bouddha – 1980-1995), tandis que la neuvième et dernière partie rend compte des aspects d’actualité.

 

Le glossaire en fin d’ouvrage précise la définition – par F. Brousse – de quelques termes utilisés comme par exemple la « conscience cosmique » (p. 407) :


« Vous êtes Tout en même temps : vous devenez tous les êtres vivants ; vous n’êtes plus seulement vous, mais encore tous les êtres humains, tous les animaux, mais encore toutes les plantes, tous les minéraux et l’univers entier. Cela, c’est la conscience cosmique du Dieu immanent enfermé dans le monde, ce qui est très beau. Au-delà, on pourrait aller jusqu’à la conscience du Dieu transcendant en dehors du temps, de l’espace et de la causalité. Au-delà encore rayonne la conscience du Dieu absolu qui est à la fois immanent et transcendant, mais là, je ne crois pas que l’on puisse y arriver actuellement sur la Terre. (Revue Fontaine des Lumières, Haguenau, N°1, juin 1985) »

Pour contacter l'auteur jean-pierre.wenger@wanadoo.fr


Jean-Pierre WENGER

François BROUSSE L'enlumineur des mondes
Né en 1913 à Perpignan, François Brousse y déroule une jeunesse studieuse parallèlement à une exceptionnelle créativité poétique amorcée dès l’âge de 10 ans. Jeunesse en partie secrète puisque ce n’est que bien plus tard qu’il révèlera ses expériences spirituelles : rencontre avec Aton, Apollonius de Tyane, Shamballa, Cajzoran Ali.

 

Il enseignera la philosophie tout au long de sa vie. La fréquentation assidue de Nostradamus et la méditation enthousiaste des textes hugoliens l’amènent à prophétiser en mai 1939 le paysage du second conflit mondial et son dénouement, l’écroulement du Fascisme. Dans les années 1940, ses découvertes de cycles dans l’Histoire lui révèlent le devenir de l’humanité avec une période très critique aux environs de l’an 2015.

 

Enlumineur, il l’est par son regard à la recherche de planètes inconnues aux confins de notre système solaire et par son Manifeste de la Quatrième Dimension (1950) qui définit le cadre de son écriture poétique.

 

À partir de 1960, il s’adonne aux conférences (plus de 400 répertoriées) et anime une forme de café philosophique où il stimule le questionnement dans une démarche tant dialectique qu’intuitive.

 

Brandissant la torche de l’idéal, François Brousse éclaire le parcours humain par l’affirmation d’une âme immortelle qui s’incarne en des formes passagères jusqu’à ce qu’elle s’identifie au cosmos tout entier dans une démarche de Sagesse, d’Amour, de Puissance, de Joie et de Beauté. Elle est aidée en cela, selon l’expression de V.Hugo, par des Mages qui sillonnent l’histoire des peuples et qui composent ce que F.Brousse appelle l’Aggartha.

 

Jeter un regard synthétique sur ce personnage s’avérait nécessaire. Tel est le but de cette biographie terminée dix années après le décès du Poète.

 

À l’âge de 12 ans (1959), Jean-Pierre Wenger, lecteur assidu de récits d’aventure, reste marqué par les livres de Lobsang Rampa. Après une formation scientifique qui l’amène aux métiers de l’industrie, deux lancinantes questions le préoccupent : Qu’y a-t-il après la mort ? Qu’ai-je à accomplir sur terre ? Les réponses viennent en 1981 avec François Brousse, philosophe, historien et poète, qui apporte un quintuple message dans l’admiration des Grands Hommes.


Éditeur "Danicel productions" sur le site http://www.danicel.com

29€+5€ de port - Pour contacter l'auteur jean-pierre.wenger@wanadoo.fr


Léon GINESTE : HERMESTINE
Le Trésor de Rennes le Château  : "Nouvelles révélations"

Salade de fruits et cloche sans baptême

« Des pommes, des poires, et des scoubidous » chantait Sacha Distel au début des années soixante.
Dans cette affaire, il n’y a pas de scoubidous (quoique… certaines relations, par delà le temps et l’espace, semblent si imbriquées que les fils des destins qui s’entrecroisent dessinent de curieux motifs, parfois aussi inextricables que des nœuds gordiens).

Pas de scoubidous, mais des pommes bleues. Ce sont celles qui, par un jeu de lumière particulier, chaque 17 janvier à midi (lorsque le soleil brille), attirent l’attention sur certains éléments du décor de l’église de Rennes-le-Château que l’abbé Saunière – « le curé aux milliards » - fit restaurer à grands frais. 
Et des pommes on en trouve également dans «  La Vraie Langue Celtique », le livre si curieux de l’abbé Boudet.

Et puis, dans ce département de l’Aude ou pourtant le raisin devrait s’imposer, ce sont des poires que l’on trouve partout – jusque sur le blason des Seigneurs de Perillos (deux poires en haut, une poire en bas).
Pour ajouter encore à cette salade de fruits inattendue, voici que Cambriel, fabricant de draps à Limoux de son état, mais alchimiste réputé, prétend qu’enfant, jouant sur les terres de Perillos, il lui fut donné la grâce de voir Dieu. Un fort bel homme, au demeurant, que cette divinité « dont les muscles sont arrangés comme des petites poires de trois en trois »…quel humour !
Ces poires, omniprésentes dans un pays viticole, n’auraient-elles pas quelque chose à voir avec la vision d’Anne-Catherine Emmerich, qui prétendait que le Graal est un vase en forme de poire dont la réapparition sur la scène mondiale est proche.

Posons la question : les Seigneurs de Périllos étaient-ils les gardiens du Graal ?
On sait tout au moins que l’un d’eux - Raymond de Perillos et Roccafful, grand maître de l’Ordre de Malte, immensément riche - prétendait que sur ses terres, il existait un passage vers « un autre monde ». Le fait est qu’on n’a jamais retrouvé son caveau. Peut-être n’y en a-t-il pas. Peut-être est-il passé de l’autre côté du miroir ?

L’AUTEUR : Né à Narbonne en 1939, Léon Gineste est historien du christianisme et théologien (professeur en droit canonique). Il étudie depuis près de quarante ans l’herméneutique et la philosophie des anciens. Il fut enseigné pendant dix ans par le prélat et hermétiste Mgr Roger Caro.
De formation scientifique, il très tôt intéressé à Rennes-le-Château puisque ses grands-parents et ses oncles et tantes étaient domiciliés dans le village de Brugairolles du Razès. Bien plus tard, il travailla à deux pas de la Vierge noire de Notre-Dame de Marceille.

 

22€ + 5€ de port

Pour contacter l'auteur leon.gineste@wanadoo.fr


 

Léon GINESTE

L’Or de Rennes le Château  n’est pas celui que vous croyez !

 

Ancienne place forte wisigothique, Rennes le Château n’était plus qu’un village perdu dans le Razès, au sommet d’une colline ouvrant à perte de vue sur les Pyrénées, lorsque la rumeur, relayée par livres et gazettes, attira vers lui des chercheurs d’un curieux genre, armés de pelles, de pioches, et pour certains… de dynamite,  qui creusèrent tels des taupes, le sous-sol.
C’est qu’à la fin du XIXème siècle et au début du XXème , le curé haut en couleurs de cette bourgade déshérité – Béranger Saunière - semblait disposer de fonds illimités qui lui permirent de restaurer de curieuse manière son église, de construire une villa somptueuse, une tour de guet, un jardin d’hiver, et de mener grand train de vie.
Saunière avait-il découvert un trésor ? Nombreux furent et sont ceux qui l’ont cru et le croient encore et qui, avec un zèle parfois excessif,  aiguillonnés autant par la soif de l’or que par l’attrait du mystère, se sont lancés dans une quête qui ne les mena nulle part.
C’est que la fortune patente de Saunière ne saurait s’expliquer par quelque magot exhumé d’une cache, quelque trafic juteux de messes, quelque secret sulfureux grassement monnayé.
La vérité est à la fois plus simple… et plus extraordinaire que toutes ces explications avancées en dépit du bon sens.
Pour savoir ce qu’il en fut exactement, il faut remonter loin dans le temps, croiser la route de personnages historiques, percer à jour ce qui se dissimule derrière leurs faits et gestes, leurs légendes parfois,  et puis, avant de gravir une dernière fois la pente escarpée qui mène à Rennes le Château, faire un détour par les villages voisins de Couiza et de Rennes-les-Bains, là où vécurent à la même époque que Saunière, deux curés aux agissements mystérieux et aux bas de laine bien remplis : Gélis, le misanthrope reclus qui fut assassiné et Boudet, le linguiste archéologue qui écrivit un curieux livre apparemment incompréhensible.
Pour pénétrer au cœur de ce fascinant mystère, il convient également de partir de Narbonne et, au cours d’un parcours véritablement initiatique, de s’attarder sur des tombes incongrues, de décrypter des rébus, d’interpréter les symboles graver dans les pierres et de prêter l’oreille aux souvenirs qui bruissent des échos d’un savoir oublié.
Léon Gineste a passé son enfance dans le Razès. Tel un détective, il y est retourné pour résoudre l’énigme. Il en est résulté ce livre, aussi passionnant à lire qu’un roman policier, à la différence près que ce n’est pas de la fiction : ici tout est vrai !
En témoignent les nombreuses illustrations originales qui rehaussent le texte et ses révélations époustouflantes, l’inspirent et le confortent, tant il est vrai, comme disait l’apôtre que « si les hommes se taisent, les pierres crieront ».
22€+5€ de port
Pour contacter l'auteur leon.gineste@wanadoo.fr

 


 

Léon GINESTE

"L'Alchimie expliquée par son langage"

 

Par définition, l’alchimie manifeste un lien palpable entre toutes les choses et tous les êtres. Elle les métamorphose. L’univers devient alors limpide et accessible. En agissant sur la matière, l’alchimiste se met au diapason de lui-même et des lois universelles avec lesquelles il établit un vrai dialogue.
Cependant, face aux multiples interprétations qui divisent les écoles d’alchimie, les scientifiques, les philosophes, les psychologues, la littérature alchimique est devenue un véritable chef-d’œuvre d’obscurité.
Chacun défend sa théorie et pour les chercheurs que nous sommes des questions simples comme : qu’est-ce que l’alchimie ? Est-il possible de déchiffrer son langage ? restent sans réponses.

 

Par ce livre, accessible à tous, Léon Gineste nous offre les clés d’un sanctuaire oublié afin de retourner aux sources d’un antique savoir. Ainsi, au fil des pages, s’anime peu à peu le souffle vivifiant qui transfigure la vie des chercheurs en une magnifique aventure défiant l’imaginaire.
Prix : 21,04 € -  éditions Dervy
Pour contacter l'auteur leon.gineste@wanadoo.fr

 


Léon GINESTE

Holoscopie de la spiritualité occidentale

 

La structure de la Nature est basée sur le modèle holoscopique (Holo-, du grec holos, ENTIER ; et, -scopie, du grec skopein , REGARDER : VISION GLOBALE), elle exprime sa totalité dans chacun de ses éléments. Pour nous intégrer à cette structure manuelle, nous devons cultiver l’intuition et le sens de cette vision globale enfouis au fond de notre être et qui caractérisent les activités de notre cerveau droit. C’est la seule condition pour accéder à la créativité, comme à une spiritualité digne de ce nom.

 

Les sciences et les Eglises ont perdu la notion du silence qui stimule notre cerveau droit et qui nous met en rapport avec l’omniscience de l’Absolu. Cette notion capitale permettra l’accession de notre civilisation à la sagesse, elle assurera notre survie en nous rendant capable de relever les défis de plus en plus complexes qui se présentent.

 

Léon Gineste est né en 1939 à Narbonne (Aude). Orphelin à 14 ans,  il apprend les métiers du bois. En 1957 il s’engage pour cinq ans dans la Marine nationale. N’ayant jamais fréquenté de collège ou de lycée, il entreprend ses études en autodidacte. Il entre à la faculté des sciences et obtient une licence de recherches en biologie, puis une maîtrise d’océanographie. Il étudie l’impact des centrales nucléaires sur le milieu marin et soutient en 1982 une thèse de doctorat sur les problèmes d’implantation des centrales nucléaires. La même année il rencontre l’évêque Mgr Roger Caro, fondateur et patriarche-archevêque de l’Eglise universelle de la Nouvelle Allliance, Eglise bénie en 1980 par le pape Jean-Paul II. Mgr Léon Gineste lui succède en 1992 à la tête de cette Eglise.

 

Cet ouvrage est né de la confrontation entre les deux milieux que connaît l’auteur : celui de la recherche scientifique et celui de la recherche spirituelle.

 

 Prix : 30€ + 5€ de frais de port.
Pour contacter l'auteur leon.gineste@wanadoo.fr

Quatre ouvrages de Dan Languillier :


Dan LANGUILLIER : ALPHERATZ, LE NAVIRE DES ÉTOILES

- Il faut reculer la totalité de notre thème astrologique de deux signes en arrière, proclamait François Brousse... !
- Mais pourquoi donc ? À cause de la précession des équinoxes ?

Ce dialogue pourrait bien faire penser à ceux de Platon ou à celui qui se déroule au pied de la Grande Pyramide(1), mais il est bien contemporain et se déroule, non pas en Égypte, mais dans un petit port de pêche de la côte normande…

Il s’agit de décrire le mécanisme de la précession des équinoxes ainsi que ses effets sur notre planète et sa population, tant sur le plan tellurique, social, culturel, religieux, spirituel, historique et politique.

L’auteur s’est attaché à montrer que, chaque fois que le nord magnétique de notre planète pointait vers une nouvelle étoile polaire tous les deux mille ans environ, de nouveaux horizons s’ouvraient, de nouvelles mœurs s’inscrivaient, une société rénovée s’établissait, une nouvelle religion apparaissait, et de grandes mutations climatiques ou migratoires s’opéraient. De la fin de la préhistoire, en passant par la protohistoire, l’âge de bronze et l’âge de fer, les peuples et les races ont inscrit leurs témoignages sur les écailles du long serpent des millénaires.

Quant à l’Ère du Verseau, dont l’avènement fit couler et fait encore couler beaucoup d’encre, elle est clairement rattachée à ce que François Brousse, précurseur de cette discipline, appelait l’astrologie amalécite. C’est celle-ci que l’auteur a voulu expliquer ici, astrologie qui prétend que l’on fait commencer le zodiaque, non pas au premier degré du signe du Bélier comme le veut la tradition, mais bel et bien au premier degré du Verseau, permettant ainsi une nouvelle lecture du thème astrologique.

 

Dan LANGUILLIER : L'HOMME AU REGARD CONSTELLÉ

- Mais qu’est-ce qu’une constellation exactement ?
- C’est un groupe d’étoiles dont les emplacements sur la sphère céleste sont suffisamment voisins pour que les anciennes civilisations aient relié ces étoiles par des lignes imaginaires formant des figures que l’on pourrait qualifier d’images théosophiques. Après avoir été nommées, ces images théosophiques deviennent, en quelque sorte, un condensé d’univers inscrit dans l’espace, n’appartenant à aucune époque particulière et se jouant des continents et des cultures ; elles sont contemporaines de ce qu’elles explicitent, donc éternelles. Ces images théosophiques sont les formes qui aident à l’éclosion d’un monde, car si elles sont le reflet de l’intuition des grands sages, elles disent aussi comment le monde s’est érigé et comment chacun, depuis le fond des âges, a participé à son élaboration depuis les origines. Elles sont enfin une ouverture infinie de l’espace mental ainsi qu’un instrument de connaissance. Afin qu’elles puissent être vues et connues de tous, ces constellations furent reproduites au sol dans l’exactitude de leur vision.
- Il y a donc des constellations dessinées sur terre ?
- Absolument ! Souvenez-vous, nous en avions parlé l’année dernière...

Ce nouveau dialogue pose les interrogations suivantes : Qui a dessiné les constellations ? Qui a nommé les étoiles du ciel ? Dans quel but ? Et pourquoi en avoir fait un véritable bestiaire ? Il y a des millénaires de cela, toutes ces questions inscrites dans le bleu profond de la nuit avaient leur réponse, mais aujourd’hui, qui s’en souvient ?

Ce livre a été écrit dans une démarche simple : tenter à nouveau de répondre à ces mystérieuses questions. A-t-il atteint son but ? Ce sera au lecteur d’en juger…

Cet ouvrage est accompagné d’un cd-rom interactif qui se charge de montrer par l’image ce qu'une trop longue explication ne parviendrait pas à démontrer.

Dan LANGUILLIER : ZEUS TELEÏOS

ou L'HYMEN DE LA LUNE-ASTROLOGUE ET DU SOLEIL-ASTROSOPHE

- Comment concevez-vous la lecture d’un thème astrologique, repris-je ?
- Voilà une question bien embarrassante... Je suis persuadé qu’il y a autant de façons d’interpréter un thème qu’il existe d’astrologues. Certains auront une vision globale, essayant d’y voir une image astrale, reflet de l’histoire de l’âme en leur présence ; d’autres encore, interpellés par un aspect particulier ou par une position planétaire spécifique, se forgeront une opinion arrangeante ou dérangeante plus ou moins définitive selon le type de consultant ; d’autres enfin, auront recours à différentes méthodes divinatoires afin de confirmer les premières visions découvertes à travers le thème astrologique. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de procéder. L’essentiel est de parvenir à détisser la trame de l’histoire de l’âme du consultant et d’arriver à une conclusion cohérente qui montrera quels sont les besoins et les attentes de celui-ci.
- Comment ? L’astrologue n’est pas censé faire des prédictions à son consultant ?
- La seule prédiction que l’astrologue est tenu de faire, c’est de lui indiquer la quantité de libre arbitre dont il bénéficie, et quelles sont les astuces qui lui permettront de le faire fonctionner.

Dans ce troisième volet des aventures de nos deux héros, les questions et leurs réponses tant attendues depuis le premier ouvrage viennent enfin éclore devant nos yeux. Des textes dédiés à la sphère céleste, le premier – Alphératz, le Navire des Étoiles – expose longuement la théorie des ères précessionnelles ; le second – L’Homme au regard constellé – explique la cosmologie et la cosmographie du Ciel des Étoiles Fixes. Dans ce nouvel ouvrage, l’auteur décrit patiemment sa conception de l’astrologie ainsi que celle de l’astrosophie, longuement révélée par François Brousse.
Le questionnement astrologique, astrosophique, philosophique, toute la maïeutique universelle, viennent se mettre en action grâce à Zeus Téléïos, l’hymen de la Lune-astrologue et du Soleil-astrosophe ! Zeus Téléïos signifie le dieu qui accomplit ; par là-même, il est le protecteur des liens du mariage... du Soleil et de la Lune, bien évidemment !

Dan LANGUILLIER : L'ASTROLOGIE ÉTERNELLE

En ce XXIe siècle, force est de constater que l’homme passe son temps à regarder hors de lui, mais jamais en lui. Attaché à la terre, il a toujours observé le ciel et les étoiles ; mais, de ce mystère, il ne possédait pas les clés. Pourtant, dans les forêts profondes de la Gaule, les druides gardaient jalousement le mystère de ces clés. Et ce qu’ils savaient à ce sujet pourrait se résumer à ceci :

« L’homme est un esprit enfermé dans un corps de chair sur la planète Terre. Cette planète est un des éléments de notre système solaire dont le centre est notre Soleil qui est une étoile. Cette étoile, par son rayonnement et sa gloire, donne vie au système tout entier. Un certain nombre d’astres tournent autour de lui et vivent par lui. Le corps humain possède un centre qui s’appelle le cœur. Ce cœur, par ses pulsations et sa raison, donne vie au corps tout entier. Un certain nombre d’organes reçoivent son sang et vivent par lui. Le cœur est donc un soleil, les organes sont ses planètes. »

La relation macrocosme-microcosme est réalisée. Et à partir de cette idée majeure, nous pouvons dire que le système solaire est une représentation en grand de ce que contient le corps humain ; à l’inverse, le corps humain est un petit système solaire. Quelle différence y a-t-il entre le premier système et le second ? Aucune sinon la taille... !

L’astrologie traditionnelle regorge d’informations sur les influences astrales qui tissent et détissent le destin de l’homme voué aux caprices du système solaire ! Ces influences astrales sont en réalité entièrement liées aux mouvements internes des corps subtils de l’homme. L’homme ne peut maîtriser la course des planètes autour du zodiaque, mais il peut contrôler ce qui se passe à l’intérieur de lui-même, ce qui revient à dire qu’il peut maîtriser son propre destin, car, comme il était dit dans l’Antiquité :

« Les astres inclinent, mais ne déterminent pas ! »

Et c’est pour cette raison essentielle que les mathématiques célestes furent données à l’homme afin qu’il accède, lui aussi, au mystère de son existence...

Dan Languillier est l’auteur d’une trilogie allant de l’astrologie traditionnelle à la Religion des Étoiles avec ses noms d’étoiles et de constellations perdues, en passant par l’Astrosophie ou la Sagesse des Astres, révélée par François Brousse.

Dans ce quatrième ouvrage élaboré en trois parties, il a voulu démontrer que l’astrologie n’avait été développée que dans le but d’instruire les hommes sur les mouvements intérieurs de l’âme humaine et du corps physique dans lequel elle est enfermée. Mais pour pouvoir accéder à toutes ces connaissances, il nous faut méthodiquement redécouvrir l’astrologie éternelle...

Dan LANGUILLIER est né à Rouen en 1948, autodidacte mû par une curiosité intellectuelle certaine, il s'est intéressé à des disciplines comme la poésie, l'écriture, l'histoire, l'astronomie, l'astrologie et l'astrosophie (Sagesse des Astres).

Il découvre l'astrologie en 1986 et anime des cours avec l'Association SONGE depuis 1991. À partir de 2006, il collabore à des séminaires axés sur l'interprétation du rêve grâce à l'astrologie.

Il a publié les 4 livres ci-dessus et a collaboré aux ouvrages suivants:

- Rêve, Astrologie et Mythologie en 2013, aux Éditions du Grand Rêve.
- Rêve, Astrologie et Énergétique en 2015, aux Éditions du Grand Rêve.

Dan Languillier - Résidence Bellevue A1 - 80 rue Paul Rubens - 66000 Perpignan

Pour commander ses livres : Association Astrellis assoc-astrellis.dl@orange.fr


Comte d'ERLETTE : "LOVECRAFT"
A la frontière du fantastique et de la science-fiction, l’œuvre d’Howard Phillips Lovecraft bouscule plusieurs autres disciplines de la pensée littéraire.

A la frontière du fantastique et de la science-fiction, l’œuvre d’Howard Phillips Lovecraft bouscule plusieurs autres disciplines de la pensée littéraire.
Ces « bouleversements « sont favorisés par l’incrédibilité des Etres Surationnels, mi extraterrestres mi dieux, que l’auteur fait évoluer dans des ambiances matérialistes.
A cet effet, il joint diverses techniques de mystifications.
Notamment celle dans laquelle il se plait à mélanger des éléments culturels, des courants occultes, et des livres ayant réellement exister, avec des produits de son imagination ou de ses rêves. Il parvient ainsi à tisser un semblant de décor réaliste dans lequel le sens de l’existence humaine est entièrement remis en question.Ou le réel tel un iceberg dont la plus grande partie est encore submergée, se libère, dénonce l’insignifiance des hommes, Et charge le Cosmos de nouvelles significations.

C’est le Champ de ces « significations « , réelles ou fictives, Que le lecteur est invité à explorer dans ce livre. Pour commander ce livre, http://www.atelier-empreinte.fr